avec Pierre C.J. Vaissière, et Martine Alix Coppier
Accueil Invitation au voyage Supports Mise en oeuvre Qui nous sommes Contact et liens Mentions légales

champsexploration

vecteurs de création

Groupe, pas nécessairement constitué, d'un minimum de 6 personnes, plus 2 personnes à l'animation dont un rapporteur pour noter / enregistrer ce qui se joue.
Lieu le plus neutre possible ou au contraire encombré d'un bric à brac au sol et aux murs, foisonnant et varié ou en relation avec l'objet de la séance. Eclairage modulable.
Intimité, bonne isolation acoustique ou sans risque de gêne pour le voisinnage.
Mobilier succinct, sièges confortables sans plus, coussins.
Matériel : la phase production d'idées pouvant être non verbale (collages, par ex.), carton, balsa, stock de journaux, revues, magazines plus colle, scotch, ciseaux, etc.) - paperboard, papier A3 et A4, crayons et feutres couleur, gouache - éventuellement, et selon l'objectif visé : camescope, écran, magnétophone, chaîne hi-fi, collection de CD et DVD.  
Boissons et en-cas.
Durée : de 2 à 4 heures si introduction volontaire d'un sentiment d'urgence, jusqu'à 2 journées pleines.



PHASE PRÉPARATOIRE

Nettoyage émotionnel pour se libérer de pensées parasites.
Échauffement des neurones : jeux pour activer l'implication, échauffement physique, respiration, méditation active guidée pour s'approcher d'un état modifié de conscience, mantras et rituels farfelus (pour autant porteurs). L'objectif, ici, est d'amener chacun à se déconnecter de la pensée rationnelle habituelle, du conformisme et de mettre en veille l'auto-jugement.


PHASE CRÉATIVE

1. Identification de l'objectif
2. production d'idées. Durant cette phase on témoigne d'originalité dans la manière d'associer des choses, des idées et des situations.  Des réseaux neuronaux auxquels on fait généralement peu appel sont sollicités.
3. après sélection, et en fonction des moyens disponibles, on valide l'idée ou les idées qui, à priori, semblent être les plus porteuses. Si les moyens semblent insuffisants, on repasse par une phase de production d'idées.
4. faisabilité : on fait appel ici à la raison, à l'analyse.


CRÉATION

1. réalisation
2. exploitation

À partir de jeux de questions / réponses poussées et joutes verbales autour d'un thème on relève les déraillements de la pensée, les erreurs de jugement, les raccourcis, les idées convenues ou reçues, les approximations et croyances infondées. On démonte les sophismes, paralogismes, amphibologies, paradoxes. Il s'agit d'amener chacun à se révéler, à accoucher de soi.

     Les techniques de créativité exacerbent l'inventivité.
     La maïeutique est une voie d'accès au raisonnement logique.
Les premières s'éloignent volontiers de la sphère du réel et du rationnel pour aller puiser "ailleurs" les matériaux qui permettront plus tard d'innover. La phase créative conceptuelle fait appel aux émotions, à l'intuition, au rêve et à la rêverie, à ce qui touche au "spirituel". La seconde fait appel à une pensée davantage rationnelle, pratique, analytique, raisonnable, pragmatique et "réaliste".

Une création résulte de la synergie créativité / raisonnement / action concrète.

Créativité et maïeutique sont les supports de nos 6 CHAMPS D'INVESTIGATION.

Processus créatif Une création novatrice, résulte d'une  synergie entre créativité, raisonnement et action  concrète.
« La créativité  s'auto-nourrit.  Plus on crée,  plus on devient  créatif, plus on  est créatif,  plus on crée ».

Contraintes fortes, sentiment d'insécurité, danger imminent sont à même de provoquer une poussée de créativité. à la condition, cependant, qu'ils ne s'inscrivent pas dans l'excès, car le risque est de se retrouver dans un état de stupeur inhibant, celui de l'animal pris dans les phares d'une automobile.

Conditions matérielles

pédagogie

ateliersécriture

agesdelavie

expressionartistique

jeux

hémisphères


MÉDITATION,
ÉTATS DE CONSCIENCE, RITUELS

Réel ou irréel ? Rêve ou réalité ? Et quelle réalité ? Que se passe-t-il lorsque "perdus" on ne sait où, peut-être entre ciel et Terre, on est ailleurs tout en étant là ? Que se passe-t-il lorsqu'une partie de nous s'absente en un lieu sans territoire ni texture mais en dehors du champ de notre conscience et en dehors de l'habitacle de notre voiture que nous conduisons pourtant à bon port ?
Que se passe-t-il lorsque nous nous construisons une vie parallèle dans nos rêves en des lieux de nos rêves que nous reconnaissons, meublons d'objets et de personnes que nous voyons vivre, grandir et vieillir auprès de nous ?
Qu'en est-il des rêves prémonitoires ou que l'on prend pour tels, de ces impressions de déjà vécu qui nous font éviter un accident, de ces sentiments de l'imminence d'une rencontre, de ces états qui surviennent lors de chocs émotionnels ou physiques (comme un accident) pendant lesquels on voit la scène de ce qui nous arrive comme on verrait un film ?
Comment un semblant de danse, certes un peu bizarre, nous amène à nous exprimer dans une langue inconnue mais qui s'avère exister ? Comment et par quel "miracle", et suite à un "drôle" de rituel la fracture d'un os se répare bien plus vite qu'elle n'est supposée le faire habituellement ?
Autant de phénomènes que nous explorons lors de week-ends en pleine nature.
Frissons garantis ? Pourquoi pas… Mais ouverture d'esprit, et acceptation de l'inexpliqué, c'est sûr.


JEUX DE PETITS, JEUX DE GRANDS
voir aussi Leçons de vie

Jeux, enfantins : sensori-moteurs, de fictions, de règles (ex: jeux de société), de construction), "sportifs", de combativité ; théâtralisation, psychodrame et psychomédie.
Les jeux sont si formateurs que celui qui n'a pas joué ou trop peu joué lorsqu'il était enfant devra s'y mettre une fois devenu adulte, ne serait-ce que pour cesser de trop et toujours prendre la vie au sérieux.
Cela serait bigrement arrangeant que Roland Moreno, un créatif pur jus, soit lié à Jacob Levy Moreno qui a forgé et développé le psychodrame, Utiliser la dramatisation en s'appuyant sur des scénarios impro-visés mis en scène et joués par un groupe de partici-pants est une thérapie porteuse dont un des grands avantages, par rapport à d'autres thérapies, est de ne provoquer ni ennui, ni endormissement, à moins de détester le théâtre. En ce cas, prenez rendez-vous avec votre psy et parlez-en. La psychomédie, c'est la même chose, en plus… créatif ?
NB : La majorité de nos jeux et exercices, pour ceux qui font appel à l'ensemble de l'être (corps, sentiments, intellect et esprits pour qui en a), s'apparentent au psychodrame et plus encore à la psychomédie.
Partant du principe que ce qu'on a envie de "travailler" n'est qu'un écran qui empêche d'aborder ce qui en vaudrait vraiment le coup, certains thèmes souvent occultés sont alors explorés.


HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX
LANGAGE CORPOREL

Dire que nos gestes ne mentent pas est aussi stupide que d'affirmer que les enfants ne racontent pas de bobards. Sans vouloir glorifier le mensonge, beaucoup d'entre-nous ne seraient plus là s'ils n'avaient jamais menti. Ou alors ils seraient en très piteux état.
Le langage corporel est toutefois moins roublard que nous le sommes lorsque nous agissons en conscience. Il est suffisamment intéressant pour qu'on s'y intéresse, en évitant toutefois d'en faire un dogme et une vérité absolue. Ce serait oublier le milieu culturel de chacun, ses origines, s'il est gaucher, droitier, ambidextre ou s'il est un alien. Pire, ce serait faire fi de l'étendue de notre ignorance,
Mêlant créativité et écriture, 1 module de 2 ateliers est un laboratoire d'expérimentation sur les hémisphères cérébraux.


ÉCRITURE - Voir ateliers d'écriture

Des ateliers créatifs et ludiques pour débrider l'imagination, mettre en repos l'auto-censure et exprimer au mieux, par l'écrit, ce qui sommeille en vous, y est enfoui, en gestation.
Des exercices originaux pour apprendre à jongler avec les mots, leur faire dire ce que vous souhaitez qu'ils disent ou les laisser œuvrer à leur guise sous votre contrôle... bienveillant.
D'autres pour apprendre l'art de la narration, du dialogue, de la description.
De gentils jeux que certains énoncés et quelques contraintes... pernicieuses rendent... terribles et terriblement drôles. L'essentiel pour qu'un écrit soit agréable à lire et apporte ce petit quelque chose qui fasse aimer lire.

Les contraintes proposées pour les exercices seront, à peu de choses près, celles que la vie présente. Regimber en exécutant quelques ruades sera sans doute nécessaire pour pouvoir libérer paroles et mains.


Enfin, et sur demande, des ateliers de A à Z pour faire un livre et le publier. Avec des exemples de réalisations.
cliquer sur le texte pour afficher l'image

méitation
ggggggggggggggggg
ggggggggggggggggggg


APPRENTISSAGES  - Voir l'ensemble

L'apprentissage revu et corrigé : 9 leçons  pour revisiter les grandes périodes de vie, en combler les manques et réduire les excès en terme d'apprentissages et de modélisation.
Ces "Leçons de vie" sont le cadre privilégié pour explorer qui nous sommes avec nos failles, nos points forts, nos attentes, illusions et déceptions. Nous nous construisons tout au long de la vie, les premières pierres étant la base, plus ou moins solide, sur laquelle chacun s'appuie. Solidité qui est fonction de ce qui a été vécu, des apprentissages, des modèles sur lesquels on s'est plus ou moins calqués sans toujours être prévenants avec soi-mêmes.

En rejouant les 3 premières phases, on apprend l'autonomie et l'indépendance


Une approche originale de l'arithmosophie (symbolique des nombres) a conduit Pierre C.J. Vaissière à créer une méthode de développement : "Leçons de vie".

On le sait :
De la naissance (1) à la vieillesse (9) en passant par la petite enfance (2), l'enfance (3), l'adolescence (4), le pont entre adolescence et vie adulte (5), la vie adulte (6), la mise au point (7) et la maturité (8), 9 périodes sont revisitées et rejouées afin de combler les manques en terme d'éducation parfois trop ouverte ou laxiste, comme de modérer les excès dus à une éducation trop exigeante et fermée.  

NB : L'astronomie quantifie tandis que l'astrologie qualifie. Il en est de même pour l'arithmétique et l'arithmosophie. La première quantifie alors que la seconde qualifie. L'occident matérialiste quantifie ; l'orient spiritualiste qualifie.
Peu importe : la frontière qui sépare orient et occident n'est qu'une palissade perméable, comme celle qui sépare les 2 hémisphères cérébraux. Nul besoin de l'abattre pour la franchir
.


Quelques  exemples succincts  d'exercices

INDIVIDUEL

Séances d'une heure ou plus sous la forme d'entretiens ou de jeux. Les allers-retours conscient / inconscient permettent au client de mettre en lumière ses problématiques pour, ensuite, tenter de les résoudre.

Dans le cadre d'un respect mutuel la personne que je reçois est un client, non pas un patient. Je m'implique dans la relation que j'entretiens avec lui et me laisse toute liberté pour le traiter en ami. Ce qui m'autorise à être authentique et à ne pas lui raconter d'histoires sous prétexte de lui faire plaisir et de le garder ad vitam en tant que pourvoyeur de fonds. Je mène les entretiens avec le plus de bienveillance possible, ce qui ne m'empêche en rien de me montrer ferme, voire intransigeant si j'en sens le besoin.
Mon rôle se limite à le guider pour qu'il remarque par lui-même que ses cartes, fussent-elles d'Etat-Major, de l'IGN ou Michelin ne sont plus valides, que sa boussole est hors d'usage, qu'il n'a plus une goutte d'essence dans sa vieille guimbarde et que les tongues qu'il porte aux pieds ne sont pas l'idéal pour une balade en montagne.

Un travail spécifique d'élagage émotionnel est proposé dans le cas d'un trop plein d'émotions refoulées que soutient, en synergie, une séance de soins spécifiques de type holistique.

GROUPE

Le travail proposé est avant tout de type expérientiel. Il se déroule sous la forme d'ateliers d'une durée allant de 15 minutes (respiration ou excpression corporelle dynamiques, par ex.) jusqu'à plus de 4 heures.
Qu'il s'agisse de maïeutique, de techniques de créativité ou d'écriture, les énoncés d'exercices sont généralement succincts. Ils peuvent être volontairement nébuleux ou alambiqués.
Cela présente l'avantage de fournir un large échantillonnage de vécus provenant de l'interprétation de l'énoncé, ce qui enrichit l'expérience de chacun.
Humour, provocation et idées saugrenues ont droit de cité. Prise de recul et lâcher prise vont donc de soi.
Bref débriefing sur ce qui a été vécu. De préférence chacun s'exprime sur ce qu'il a traversé.
Interprétations, clarifications, rationnalisation. Brèves explications théoriques (elles peuvent être l'objet de séances dédiées)

En fin de journée ou de week-end, et selon demande, une évaluation est envisageable.
Pas de repêchage pour qui qui aurait hésité à se lancer et voudrait le faire au dernier moment : le temps est compté.
On est hors cadre de la psychothérapie ou du développement personnel, raison pour laquelle des régulations n'ont qu'exceptionnellement lieu (celles-ci permettent mises au point et dénouage des tensions). Ce qui n'empêche en rien de proposer d'entrée de jeu un travail de décharge émotionnelle et de résolution des tensions, si besoin.


Discipline

Bienveillance et exigence
Liberté de penser, d'agir, d'être soi.
Critique des idées consensuelles et convenues, des discours langue de bois.
Incitation aux passages à l'acte, respect de la parole, la sienne et celle des autres.


NB : Sauf exception, matériel et matériaux pédagogiques sont fournis.

Expérience par le vécu lors d'ateliers. énoncés d'exercices succincts. Brefs débriefings. Données théoriques (en option) Ni psychothérapie, ni développement personnel, mais effets curatifs. fin début précédent pause suivant

Allers retours entre :
        • exposés magistraux ou interrogatifs par nous-mêmes ou par les participants (hétérostructuration) ;
        • activités constructives par les participants avec notre accompagnement (autostructuration);
       • Apprentissages lors desquels nous assurons un rôle de médiation avec centrage sur l'apprenant en tenant compte de  ses démarches, ses façons et moyens d'apprendre. Imitation, modélisation, recherche et ateliers expérientiels génèrent le savoir. Celui-ci est le produit de l'activité des participants (interstructuration).

Allers retours entre  hétérostructuration autostructuration interstructuration
Accueil Invitation au voyage Supports Mise en oeuvre Qui nous sommes Contact et liens Mentions légales
Calendrier des activités Mise en oeuvre

Le dérangement neuronal au service de l'imaginaire

    1. De la douce folie avec des mots durs et dérangeants pour décrire un monde paisible, serein et heureux, mais où le calme ambiant fera étrangement penser à celui qui précède la tempête.
     
2. Des mots apparemment solides et tranquilles, derrière lesquels se cachent des monstres à géométrie variable qui sèmeront le désordre. Neuronal.
      
3. Un homme, une femme. Ils lisent à voix haute 2 histoires de même longueur (2 ou 3 minutes) qui n'ont rien à voir entre elles. Le silence revenu, il s'agit d'écrire le plus vite possible une histoire à partir de ce qui a été entendu et retenu. Surprises garanties !
     
4. Sur un thème donné et en utilisant une liste de mots affichés au tableau, écrire une histoire d'une vingtaine de lignes sans aucun substantif.
      
5. Swann ne sera pas des nôtres, à moins que..., mais nous aurons à coeur de le remplacer, quitte à le mettre à notre sauce. La Lorraine, ça n'est pas la porte à côté, mais nos sabots sauront nous mener jusqu'à Commercy. La boulangère de la rue de Hyères fait aujourd'hui de délicieuses madeleines, amères à souhait. Attendrons-nous vêpres de samedi pour nous en régaler ? Pas si sûr.
Il s'agit, ici, de continuer l'histoire
     
6. Mollement bercés par une nounou insomniaque tout droit sortie de notre imagination, le roulis qu'elle imprimera nous mettra du vague à l'âme. Mémoire volontaire (dirigée) et involontaire prendront tour à tour le pouvoir, faisant reverdir ces empreintes de vie qu'efface le temps. Le doux-amer des nostalgies et l'aigre-doux des souvenirs nourriront ces racines sans lesquelles il est bien difficile de pousser.
En s'imaginant être dans cette situation (bercé par la nounou insomniaque), écrire un texte parlant de la petite enfance en utilisant le vocabulaire et le langage d'un enfant de 4 ans.


INNOVATION ET EXPRESSION ARTISTIQUE
Voir nos créations

Création d'un nouveau produit, nom de marque, logo ou d'une œuvre de l'esprit. Résolution de problème, reformulation de celui-ci pour clarification.
Dessin (portrait à plusieurs mains, portrait en aveugle…), auto-portrait d'argile à différents stades de la vie (naissance, petite enfance, etc.), en aveugle. Danse guidée et improvisée. Rythmique, musique et chant. Déclamation, écriture corporelle. Création d'un langage, d'une écriture idiomatique. Performances et installations.
Arts primitifs : masques, peintures corporelles, projection de diapos sur corps.
Conception de machines et outils imaginaires, telle une machine à fabriquer des cédilles (ex : la Cédilleuse Tinguely-Vaissière). Fabrication d'une machine grand format, en bois, pour produire du feu (atelier en milieu naturel, à l'aide d'un outillage de base).

Conception et réalisation d'une maison (maquette) celle-ci étant un "miroir" du bâtisseur.

Lors de  séances de travail
pédagogie une pensée claire, rigoureuse et logique

Un SOPHISME est une argumentation à la logique fallacieuse. C'est un raisonnement qui peut paraître rigoureux mais qui n'est en réalité pas valide au sens de la logique (quand bien même sa conclusion serait pourtant "vraie").  Un sophisme est fallacieux : il est prononcé avec l'intention de tromper l'auditoire afin, par exemple, de prendre l'avantage dans une discussion (comme à l'occasion d'une élection, d'un pari).

Un PARALOGISME est un raisonnement faux mais qui semble être rigoureux et où le locuteur est de bonne foi. C'est un argument qui, partant de prémisses vraies, ou jugées telles, aboutit à une conclusion absurde et difficile à réfuter.

Une AMPHIBOLOGIE renvoie à une ambiguïté dans la construction grammaticale des prémisses. Une affirmation est amphibologique lorsque son sens est rendu flou par la combinaison maladroite de mots, par un discours alambiqué, par des expressions astucieuses et finaudes.

Un PARADOXE contient ou semble contenir une contradiction ou un raisonnement qui, bien que sans faille apparente, aboutit à une absurdité. Certains sont proches du sophisme, alors que d'autres sont plus profonds.

Pour aider à la production d'idées, des exercices spécifiques jouent le rôle d'AGITATEURS DE NEURONES :
PILPOUL : Un chaos orchestré jusqu'au tohu-bohu précède une joute oratoire. C'est une pratique ancestrale qui consiste, par ex. à transformer par le raisonnement une vessie en lanterne et une lanterne en vessie, puis à faire la démonstration inverse.
BORDEL AMBIANT ET FOIRE D'EMPOIGNE :
Un échange de points de vue contradictoires savamment orchestré : provocation, mauvaise foi, hausse du ton pour couvrir l'autre. Des discours alambiqués, ampoulés, sans queue ni tête, abracadabrants sont déclamés pour en rajouter.
On doit bien évidemment s'attacher à toujours revenir au sujet sans jamais le perdre de vue, même si la pensée s'éloigne de l'idée originelle.


Ateliers d'écriture    1. ouverts à tous      prochain atelier   2. dans modules leçons  de vie atelier de publication

« Il n’est pas démontré que les ondes wi-fi ne sont pas nocives ; donc elles le sont ».

« Les courbes démontrent que les ventes de glace sont liées aux ventes de maillots. » Confusion entre corrélation et causalité.

« Adhérer à la théorie de Darwin, c'est cautionner la "sélection des espèces", donc le darwinisme social et l’eugénisme, ce qui rappelle le nazisme ».

« Vous ne voulez pas mettre au point ce programme de construction de missiles ; je ne comprends pas pourquoi vous voulez laisser notre pays sans défense. »
    (« Je suis contre la construction de missiles » a été détourné en « je suis contre la défense de mon pays », argument beaucoup plus facile à mettre en défaut).

« Trois policiers ont surveillé le carrefour dangereux qui ne l’était pas jusqu’ici faute d’effectifs ».    (Amphibologie : ambiguité dans la consruction grammaticale des prémisses)

« Chacune des pièces de ces machines est légère. Donc cette machine est légère »

La flèche de de Zénon - Une flèche tirée en l'air est en mouvement. Si on considère que ce mouvement est en fait constitué d'une infinité d'instants t durant lesquels la flèche est immobile en l'air, calculer la vitesse de la flèche demande d'additionner toutes les vitesses à l'instant t de la flèche. Or, à chaque instant t, la vitesse de la flèche est nulle, puisqu'elle est immobile. L'addition de toutes ses vitesses nulles donne un résultat. La flèche en l'air a donc une vitesse nulle, preuve qu'elle est immobile.
 

« Vacciné contre l’hépatite B, ça m'a déclenché une sclérose en plaques quelques semaines plus tard »
« Depuis le passage de la comète de Haley, l’économie se porte mieux ».
  (Confusion entre des événements synchrones et une supposée causalité. Ce n'est pas parce que deux événements se suivent, que l’un est obligatoirement la cause de l’autre. De nombreuses superstitions sont fondées sur ce type de raisonnement.)

« Trois policiers ont surveillé le carrefour dangereux qui ne l’était pas jusqu’ici faute d’effectifs ».
   (Amphibologie : ambiguité dans la consruction grammaticale des prémisses)

Achille et la tortue. Lors d'une course Achille accorda à une tortue une avance de cent mètres, mais Achille ne parvint jamais à la rattraper. Chacun courrait à vitesse constante, l'un très rapidement, l'autre très lentement. Au bout d'un certain temps, Achille avait bien comblé ses cents mètres de retard et atteint le point de départ de la tortue, mais pendant ce temps, la tortue avait parcouru une certaine distance, courte, mais non nulle, disons un mètre. Il fallait donc un temps supplémentaire à Achille pour parcourir cette distance, temps pendant lequel la tortue avancerait plus loin ; puis une autre durée avant d'atteindre ce troisième point, alors que la tortue aurait encore progressé, etc. Quand Achille atteignait l'endroit où la tortue était précédemment, celle-ci avait encore progressé. Achille n'a jamais pu rattraper la tortue et il court toujours. »
Plus il y a de gruyère, plus il y a de trous, Or, plus il y a de trous, moins il y a de gruyère, Donc, plus il y a de gruyère, moins il y en a (syllogisme paadoxal)

Mise en oeuvre

<